CATÉGORIES DE BLOG:
Rechercher sur le blog:
18
Sep-2018

Boucle partie 3 – Pérou ~ Uros – Cusco – Huaraz

Non classé   /  

Pérou retour


Lac Titicaca

Une fois la frontière traversée, nous logeons dans la ville de Puno. Nous avons une auberge qui est située pas loin de la gare routière mais également du port, ce qui est bien pratique même si nous ne la recommandons pas côté confort…

Les îles Uros – 3810m

Un bateau nous emmène au petit matin aux îles Uros. Elles sont à 30 min de navigation à partir du port de Puno. Nous avons acheté notre ticket au kiosque assez tôt et avons attendu 2 bonnes heures que le nombre de personnes requises soient présentes.

Les îles Uros sont en réalité un archipel de plus de 100 îles sur lesquelles il y aurait 2000 habitants. Lorsque nous arrivons, chaque bateau est envoyé sur une île et les personnes sont accueillies par le Président de celle-ci. Il explique comment sont conçues les îles et qu’il y a une école, un centre de santé et une église. Chaque île met 8 mois à être construite et a une durée de vie entre 10 et 20 ans. Elles ne sont toutefois pas totalement flottantes car elle sont attachées aux 4 coins afin de ne pas partir à la dérive! C’est une sensation plutôt étrange que de marcher dessus car ça bouge selon les vagues et le vent. Il y a en dessous de nous une couche de deux mètres de sédimentation puis un mètre de roseaux.

C’est sympa à voir mais c’est beaucoup trop touristique. On se demande même si les gens vivent réellement sur ces îles où s’ils ne viennent pas tous les matins pour faire visiter aux touristes. On se sent un peu forcés à acheter leurs objets artisanaux et même à faire un tour dans leur bateau qu’ils appellent la Mercedes. C’est dommage.

Rainbow Mountain

Tout est parti de la rencontre de deux étudiants au Salar de Uyuni qui nous ont échangé leur bon plan. 

La Rainbow Mountain aussi appelée la montagne aux sept couleurs se fait normalement uniquement en passant par un tour au départ de Cusco mais ils ont trouvé une faille en dormant au village le plus proche et en montant avec les travailleurs… On vous raconte notre expérience : 

Au retour des îles Uros situées sur le Lac Titicaca côté péruvien , nous avions l’objectif d’attraper un bus que l’on estimait être vers 13 où 14h.

Un peu avant 11h donc  étant sur le trajet retour des îles Uros situées à 30 min en bateau du port, nous étions plutôt dans les temps.

C’était trop facile , évidemment… La première péripétie arriva quand le bateau cala puis s’échoua doucement dans les roseaux… 

Quelques minutes plus tard, on arrive à s’en extirper mais le moteur ne réussit à tourner que 5 à 10 secondes à chaque essai ! Au rythme là , on arrivera à la nuit tombée 🙂 

Au bout d’une dizaine d’essais où nous ne parvenions à parcourir que quelques mètres , le moteur s’est enfin remis à fonctionner. Ouf ! 

On arrive donc sur le port à 11h30 et on file vers la gare routière voir ce qu’ils ont à nous proposer. Arrivés à 11h45, on apprend que le bus part à 12h et que c’est le dernier avant le soir ! Sens inverse, on court chercher nos sacs à notre auberge et on réussi in extremis à embarquer dans ce bus vers Cusco. 

C’était un bus de locaux d’ailleurs le chauffeur roule… localement ! On se croirait dans un bateau tellement ça tangue, on a toujours pas compris si ce sont les pneus qui sont complètement sous gonflés d’un côté ou alors la route …

Insolite aussi : Pendant le trajet, des femmes d’un des villages traversés sont venues découper du canard dans l’allée du bus pour le vendre à l’unité aux passagers!

Bref, arrivés près du village où nous voulions nous arrêter ( l’arrêt n’est pas prévu au programme) , on toque à la vitre du chauffeur pour lui faire comprendre que nous , on sort là ! Tout ça sous les yeux ébahis des habitants qui doivent se demander ce qu’on fait .

Ceci était la première étape ! 

Il est déjà 18h, la nuit tombe , on essaye de monter au village plus haut en stop mais c’est compliqué , aucune voiture ne passe, uniquement des moutons:

Sur le point d’abandonner , un mini bus archi rempli nous récupère ; on rentre d’ailleurs avec peine avec nos sacs dedans. 

L’aventure continue! 

Au village de Pitumarca, on se fait loger chez l’habitant, c’est sommaire mais suffisant vu qu’on se lèvera à 2h30 , d’ailleurs Pierre ne passe même pas la porte: 

Le lendemain… le réveil à 2h30 est dur même si en soit on est déjà réveillés vu le bruit qu’il y a autour.

On va au point de rendez vous pour prendre notre transport qui n’est ni plus ni moins qu’une bétaillère bâchée ! Ni une ni deux , on demande à monter et on se retrouve assis sur de la paille avec tous les travailleurs qui montent à la montagne pour s’occuper de leurs troupeaux d’alpagas. 

Pour la petite anecdote bien drôle , il y a même un lama qui est monté avec nous en chemin ! Il essayait de tenir debout mais tombait sur tout le monde ( il m’a même écrasé le pied ) puis a compris que c’était plus simple de s’asseoir ! 

Après 2h de trajet, nous voilà débarqués en pleine nuit sur un parking. On prend la route indiquée par notre chauffeur pour rejoindre la Rainbow Mountain. Ce qui est pas mal avec cette option c’est que nous arrivons avant l’ouverture des caisses donc nous passons gratuitement 🙂 

La montée est rude… il fait nuit , très froid et il y a beaucoup de dénivelé et d’yeux luisants dans la nuit, ce qui est un peu surprenant … : 

En chemin, on voit une bête au loin , on dirait un loup… mais c’est un gros chien qui nous saute dessus tellement il est heureux de nous voir . 

Il nous accompagne jusqu’à notre objectif et même sur le trajet retour . 

On arrive juste pour le lever du soleil à la Rainbow Mountain à 5040m d’altitude, et là , on est tellement heureux ! Profiter de ce spectacle en étant seuls au monde n’a pas de prix . Nous sommes restés une bonne heure émerveillés et à prendre notre petit déjeuner avant que quelques randonneurs n’arrivent de l’autre côté . Ce sont ceux qui ont fait le trek Ausangate sur 4 jours.

On repart donc en sens inverse et à l’entrée du site nous croisons les premiers groupes de tour opérateurs. 

Nous réalisons également l’importance des paires d’yeux que nous avions vu à l’aller :

Rainbow Mountain : Check! 

On redescend en taxi jusqu’à Checacupe ( aucun autre moyen de descendre hormis attendre 15h le retour de la bétaillère). Durant le trajet on découvre les paysages de montagne magnifiques que nous n’avions pas pu voir pendant notre trajet aller. Dans notre bétaillère, on était très loin de se douter de la route parcourue ce qui en soit n’est pas plus mal car elle était très sinueuse et étroite !   

Nous prenons ensuite un collectivo jusque Cusco notre prochaine destination . 

Cusco 


Nous avons du temps devant nous pour visiter cette ville et ses alentours dont le fameux Macchu Picchu. 

On décide de faire le trek du Salkantay qui  permet d’y accéder avec 4 jours de marche donc 5 jours au total en passant un col à 4630m.

Étant donné les prix et notre goût prononcé pour les tours opérateurs, on se renseigne pour le faire par nous mêmes. 

Là, deux choix s’offrent à nous , le faire en complète autonomie ou alors louer un muletier + mule pour porter les affaires. 

Je vote pour l’option 1 pour le challenge tandis que Pierre, toujours plus raisonnable que moi vote pour la deux. 

Il faut comprendre qu’à chaque escalier monté, nous devions faire une pause car nous étions essoufflés, et Pierre me regardait en me disant : imagine avec le sac , c’est pas possible ! Après de dures négociations, j’ai quand même réussi à le convaincre de tenter l’expérience sans porteur. 

On va donc louer notre matériel pour le surlendemain  : tente, sac de couchage , couverture , matelas et set de cuisine.

Le lendemain, direction les courses pour se faire à manger durant le trek.  Retour du marché , dix minutes de marche , le sac de courses pèse lourd 🙂 

L’après midi , nous allons récupérer les affaires de camping, rebelote, on rentre hyper chargés.

Et voilà , nos sacs sont faits , plus de marche arrière mais nous sommes loin des huit kilos rassurants que j’avais annoncés à Pierre . On estime à 13/14 kg nos sacs chacun … ! Olala je vais en entendre parler de ce trek je le sens …

1er jour : 

On prend notre temps pour partir car il y a très peu à marcher aujourd’hui. 

On se met en route après le petit dej et on arrive vers 8h au point de départ du collectivo. Une fois celui-ci rempli , départ vers Mollapata. On arrive vers 10h30 et là, on était sensé trouver des locaux qui monteraient les affaires des personnes partant en agence mais personne! Nous avons attendu plus de deux heures à scruter une voiture passant mais rien. Du coup nous sommes montés en taxi avec une autre personne qui travaillait là haut. 

Soraypampa- 3912 m

On établit notre campement et on file vers la lagune .

Une petite heure de marche mais une montée bien raide et nous y voila . C’est joli mais le ciel est couvert et les couleurs ne ressortent pas beaucoup. 

On monte pour avoir un beau point de vue puis on redescend au campement. 

Bilan : 9,5 km 

Dénivelé total : 700m 

2 ème jour :

Là on ne rigole plus. Lever 5h pour départ à 6h15.

Nous commençons direct par 3h de montée . C’est dur dur !

Arrivés au col, nous sommes à 4630 mètres  d’altitude et la vue est très chouette. On observe le glacier Salkantay juste devant nous.


On savait que la suite n’était que de la descente mais on était pas au courant du type de descente ! Plutôt bien pentue avec des cailloux . On a trébuché à de nombreuses reprises mais jusqu’ici , pas de problème.

La route est longue même si les paysages sont super jolis. En début d’après midi , le décor change et on se retrouve dans une ambiance un peu jungle avec beaucoup plus d’arbres et surtout l’apparition des mouches et moustiques. Eh oui, on vient de descendre de 2000 mètres! 

Plus que deux trois kilomètres… ce sont les plus durs pour Pierre :

L’arrivée au camping de Chawllay est une joie. On a mal un peu partout mais il n’est que 14h15 donc nous avons le temps de nous reposer jusqu’à demain:) on est plutôt content de notre temps et on est arrivés plusieurs heures avant les groupes qui eux n’ont pas de charge.  Reste à voir si on arrivera encore à se lever demain! 

Fin de la journée . Le bilan est de 23km parcourus , un dénivelé total de 2530metres! 

3ème jour : 

Réveil 5h  départ 6h15.

Lors de cette journée normalement nous avons beaucoup de descente et une raide et longue montée sur les 7 derniers km.

Nous avions été mal informés … c’est de la descente si l’on prend la route comme nous constatons que tous les groupes font. Nous avons suivi le trek sur Maps.me et n’avons cessé de monter /descendre ! 

Le chemin est joli, on passe des cascades, des ravins, de la jungle…

On suit la rivière Santa Teresa jusqu’au petit village de Playa que nous traverserons :

Puis nous avons à marcher quelques km sur la route avant de bifurquer vers la droite, chemin qui nous mènera au point de vue du Macchu Picchu où nous dormirons ce soir. 

Nous en profitons pour faire une pause déjeuner d’une heure à cet endroit. Belle erreur , la montée était encore plus dure si c’est possible de l’être ! 

Chaque kilomètre paraît plus difficile que l’autre. Nous faisons la montée avec une américaine qui nous dit s’entraîner depuis quatre mois déjà pour ce trek. Nous nous soutenons jusqu’au bout et devons faire beaucoup de petites pauses notamment les deux derniers kilomètres.

Après 3h de souffrance, 15h10, nous sommes enfin arrivés au camping El mirador situé un peu avant celui de Llactapata en contrebas! 

C’est un mirador qui a une superbe vue sur la muraille du Macchu Picchu et sur toutes les montagnes environnantes. On peut d’ailleurs voir au loin le Salkantay qui culmine , difficile d’imaginer qu’on était là haut hier! 

Pour le moment 3 personnes sont présentes, on sera au total 9. Ça change des autres emplacements où il y a les groupes et les chevaux . Ici, seuls les personnes qui font le trek en indépendants viennent, les autres s’arrêtent à Playa et prennent un collectivo jusqu’à Santa Teresa. Encore un avantage à ne pas passer par une agence 🙂 

Bilan du jour : 25,7 km 

Dénivelé total  : 1700 mètres 

4 ème jour : 

Réveil 5h pour partir juste après le lever de soleil sur le Macchu Picchu.

Notre copine américaine qui a dormi la tente à côté de nous nous demande si cela ne nous dérange pas qu’elle nous accompagne. Nous avons donc fait cette journée en sa compagnie. Tout d’abord, une longue descente jusqu’à Hidroelectrica. Nous sommes passés par des petites ruines « Lactapata ». Une fois en bas, nous traversons une rivière sur un pont qui bouge dans tous les sens c’est marrant !

Encore quelques kilomètres et nous voilà à Hidroelectrica. D’ici, il ne reste que 10km pour parvenir à Agua Calientes qui est le village au pied du Macchu Picchu. Ces derniers kilomètres se font le long d’une voie ferrée. Le seul moyen d’accéder à ce village hormis à pied est le train qui, pour l’anecdote , est le train le plus cher au monde comparativement au nombre de kilomètres parcourus. 

C’est sensé être plat et simple mais avec nos gros sacs et la fatigue des jours précédents accumulés , tout le monde en bave ! 

Nous trouvons un petit camping directement en arrivant. C’est pas mal car on est tout de suite au pont qui relie au Macchu Picchu donc très bien placés pour demain matin. On y installe la tente puis on file vers le centre pour aller se payer une bonne pizza avec une bonne bière très méritées les deux! 

On a du mal à marcher et même sans les sacs …  

Bilan du jour :25,2km 

Dénivelé total: 970 mètres

5ème jour :

Réveil 4h30 pour être avant 5h à l’ouverture du pont permettant l’accès au Macchu Picchu. Il y a déjà pas mal de monde qui attend, nous ne sommes pas les seuls à monter à pied !

Nous avons un bon rythme et mettons un peu moins d’une heure pour monter les 2000 marches. Du coup, nous arrivons dans les premiers à l’entrée du Macchu Picchu. C’est très impressionnant car dès le début de la visite on a cette vue plongeante sur la cité inca que vous connaissez bien .

Nous faisons le tour en un peu moins de trois heures. Il ne faut pas croire que c’est de tout repos! Là encore, il n’y a que des escaliers partout ! 

Un peu avant 9h, nous passons le poste de gardiennage pour commencer l’ascension de la montagne Machu Picchu. Et voilà encore 2680 marches qui nous attendent ! 

Dans la montée, nous croisons quelques personnes qui descendent avec qui nous avions fait connaissance pendant le trek. Ils avaient pris le créneau horaire 7-8h et nous celui de 9-10h.

Ils nous apprennent que pour rentrer à Cusco le jour même, le bus part à 14h de Hidroelectrica. Alors ça je vous parle pas trop mais en gros il allait falloir mettre les bouchées quadruple! 

Les marches sont très inégales et en mauvais état. 

Nous sommes arrivés en haut de la montagne au bout d’une heure pile. Quelle vue! La cité du Macchu Picchu paraît toute petite vue d’ici. Les montagnes environnantes sont impressionnantes  !  

Ça y est, nous avons réussi! Salkantay Trek + Montana macchu Picchu : Check

Maintenant, la course commence! Nous descendons les 2680 marches très rapidement en une petite demi heure . 

Puis enchaînons avec la descente du macchu Picchu , encore 2000marches! 

On file au camping ranger la tente et reprendre nos gros sacs et c’est parti pour  nos dix derniers kilomètres. Nous avons 2h pile devant nous pour attraper le bus de 14h. Quel stress ! Mais nous sommes arrivés à 13h45 et avons réussi à avoir notre transport qui a voyagé 6h avant d’atteindre Cusco.

Bilan:  24km 

Dénivelé total : 2400 m 

Cette fois , c’est bel et bien fini. 

Nous sommes très contents d’avoir fait cette expérience et relevé le défi de ce trek. 

De retour sur Cusco, nous avons passé les deux jours suivants à nous reposer et nous balader tranquillement dans la ville:

Repas raclette au Buffet Frances:

L’animation du dimanche sur la place d’Armes:

Vue de notre auberge sur la ville et travail depuis la terrasse:

Restaurant vegan conseillé, Green Point, 15 soles le menu d’une qualité excellente !

HUARAZ – 3000 m


Pour rejoindre Huaraz, nous avons d’abord pris un avion Cusco-Lima ( 1h15 face à 25h de bus) puis 1h de taxi pour rejoindre la station de bus et enfin 8h de bus de Lima à Huaraz.

Il est parfois bon de ne rien réserver comme nous le faisons et parfois moins. Nous avons erré dans la rue des compagnies de bus afin de trouver une place pour le soir même ( il est déjà 21h) mais tous les bus étaient pleins! Nous avons quand même réussi à trouver deux places dans un bus économique ( = siège droit, pas très confort pour y passer toute la nuit…), ouf !

Arrivés tôt à Huaraz, nous avons profité de notre premier jour pour nous organiser sur la suite. Nous décidons de faire le trek de Santa Cruz par nous-même encore une fois.

Nous recherchons les agences de location des équipements et grosse surprise, c’est trois fois plus cher qu’à Cusco! Du coup, le doute s’installe sur le fait de le faire en solo, on rend visite à une agence qui nous avait été recommandée, Galaxia. Nous sommes plutôt satisfaits de ce qui nous y est présenté mais à bien y réfléchir, on décide tout de même de le faire sans agence, c’est plus sympa et ça nous fait un nouveau défi !

Avant d’attaquer le trek, nous partons faire la lagune Churup sur une grosse demi journée.

C’est à 1h de route et la lagune se trouve à 4450m ce qui nous permettra de vérifier que nous sommes bien acclimatés à l’altitude. La montée est assez rude surtout pour moi qui ne me sens pas très en forme mais au final nous avons mis moins de deux heures ce qui est très bien 🙂  Nous prenons le chemin qui mène au mirador et là encore, un superbe paysage qui s’offre à nous. Cette lagune avec l’eau transparente par endroits qui lui donne une couleur bleu translucide, la montagne en arrière plan … on adore !!!

Trek Santa Cruz

1er jour

On se lève tôt pour aller attraper le premier collectivo qui nous amènera à Yungay. Il se rempli très vite et peu après 5h30 nous sommes partis ! 

À Yungay, nous prenons vers 7h30 le second transport pour arriver à Vaquería, point de départ du trek. Ce ne sont que 60 km mais sur une route chaotique qui fait que le trajet dure 2h30. La vue est jolie et on s’arrête prendre une photo panoramique :

En chemin , on s’arrête aider une voiture qui a crevé. 

Ça y est, il est un peu plus tôt que 11h quand nous nous lançons dans le trek.

Cette première journée est sensée être assez simple avec que de la descente … 

Il est vrai que la première demi heure correspond à de la descente pour pouvoir passer de l’autre côté de la vallée. Ensuite, je dirai une bonne heure de montée pendant laquelle nous nous sommes arrêtés pour déjeuner.

Au menu ce midi : jambon fromage 🙂 il devait y avoir de l’avocat mais malheureusement il était tellement dur que nous n’avons pas pu le manger… grosse déception pour nous qui sommes amateurs de ça!

Par la suite, le paysage est splendide. Entre la vallée , les prairies, le paysage de fond montagneux , on est émerveillés. On fait quelques pauses pour admirer le paysage! On croise à la fois des cochons, des vaches, des ânes et des chevaux sauvages. 

C’est déjà dur alors que ce n’est que le début , nos sacs sont lourds! En plus, nous nous faisons attaquer par des taons ! 

On arrive vers 14h30 au premier campement auquel les groupes s’arrêtent. Nous nous étions fixé l’objectif d’aller à un campement au plus près du col sachant que cette journée devait être simple par rapport au lendemain. Du coup, on se motive et on continue. Il ne reste que 3,5 km mais maintenant , c’est de la montée ! J’ai failli perdre Loulou en route mais nous avons tenu bon jusqu’au bout! Vivement qu’on mange por alléger nos sacs 🙂 

On arrive avec peine vers 16h30 et on attaque le montage de la tente. Sacré équipement que nous avons la ! Elle est énorme ! ( et spéciale à monter aussi)

Puis vient l’heure des pâtes et le dodo tant attendu ! Nous sommes à 4256 mètres , il fait super froid et il y a beaucoup de vent. On espère que nos sacs de couchage seront à la hauteur.

N’empêche que la vue sur les trois montagnes est très jolie, ça valait le coup de se faire du mal pour monter camper ici.

Bilan :18.2km dénivelé total de 920m

2 ème jour :

La nuit a été très difficile. On avait monté la tente légèrement en pente , c’était très humide et très froid. On s’est levés au lever du soleil un peu avant 6h afin de partir avant les groupes qui dorment au camping plus bas. Le temps du petit déjeuner et du repli de la tente et nous étions congelés ! Les pieds et mains complètement endoloris , la tente avait gelé … on vous disait qu’il faisait froid! 

Mais après quelques minutes de marche, le corps était réchauffé et le soleil est venu compléter tout ça. 

Nous montons jusqu’au col « Punta Union » à 4750 mètres . C’est une montée raide et le chemin passe souvent sur la roche même ( non tracé) mais comme ce sont nos premiers kilomètres, cela se fait bien. 

Sur la route, plus nous nous élevions, plus de petites lagunes apparaissaient. 

Le paysage du col est splendide . Les montagnes qui se dressent autour de nous et notamment Taulliraju  sont imposantes et impressionnantes. 

Nous profitons de cette vue une bonne heure avant d’entamer la descente de l’autre côté du col. 

Tout comme l’autre côté, c’est assez technique et le chemin est soit de la roche lisse , soit des cailloux ce qui rend la descente assez longue et compliquée. Nous n’arrêtons pas de nous retourner pour contempler encore les sommets laissés derrière nous mais arrivés en bas, de nouveaux sommets nous interpellent.

Nous décidons de nous arrêter manger en bas du col avant de continuer. 

On dépasse comme la veille, les campings qui serviront à priori aux groupes, pour monter au pied d’une lagune. C’est du hors programme mais ça a l’air tellement chouette.

Nous traversons une longue prairie où les chevaux, vaches et ânes paissent ensemble et la rivière se fraye un chemin. C’est très paisible. 

Deux bonnes heures plus tard, après un chemin un peu hasardeux par passages et quelques vaches effrayées, nous voici arrivés à notre nouveau campement. Nous n’avons croisé personne ,c’est magique, nous avons la montagne à nous tout seuls! 

Aujourd’hui, nous sommes arrivés vers 15h au camp du coup nous avons pu prendre notre temps, lire un peu et même faire un brin de toilette dans la rivière glaciale. 

Nous sommes au pied de l’Alpamayo et deux autres montagnes et de l’autre côté de la vallée d’où nous venons se trouve Paramount Mountain, la fameuse montagne que l’on voit au début de chaque film. 

Au menu du soir: soupe de potiron et pâtes chinoises! Nous nous sommes régalés 🙂 

Bilan 15km. Dénivelé total de :1270m

3ème jour:

Nous prenons notre temps aujourd’hui car le trek pourrait se finir ce soir mais pour avoir un bus pour rentrer il faudrait arriver au village avant 15h et nous préférons profiter une journée de plus de ces paysages que de devoir courir.

Du coup, le matin direction la lagune au pied de laquelle nous avions dormi. 30 petites minutes à peine nous séparent de celle-ci. Le chemin est sympa, pas trop raide et très sauvage, on voit plein de fleurs de montagne. 

Arrivés au point de vue, elle est magnifique et plantée dans un décor fabuleux. Nous entendons quelques bruits qui correspondent à la neige qui craque mais nous n’avons pas assisté à d’avalanches, juste de l’eau qui ruisselle en quantité. Nous n’en sommes repartis qu’en fin de matinée lorsque les premières personnes sont arrivées. 

Il était très difficile de quitter ce lieu qui nous a enchantés !

D’en haut de la lagune, nous pouvons voir notre tente et sommes quelque peu inquiets de l’état dans lequel nous allons la trouver en voyant un taureau rôder autour…

 

Près de notre tente, Loulou s’amuse avec quelques trouvailles archéologiques :

Ensuite s’ensuivi un long chemin jusqu’au prochain camping.

D’abord la descente jusqu’à la vallée, en soit très jolie, le chemin est agréable. 

Arrivés dans la vallée, nous avons déjeuné sur un tronc d’arbre mort. C’est très désertique! Ça change beaucoup, c’est du sable avec quelques arbres desséchés et quelques vaches dont on se demande ce qu’elles sont venues faire ici…

L’étape randonnée dans le sable était assez désagréable forcément on s’enfonce à chaque pas et encore plus avec le sac à dos. 

Nous traversons ce décor pendant 45 min puis nous arrivons à une grande lagune que nous longeons puis une plus petite avec ses algues et fleurs roses :

Et enfin, au bout de 2 bonnes heures, nous atteignons le camping où nous nous arrêterons cette nuit. Le chemin n’était pas compliqué mais pas spécialement agréable et du coup il nous a paru long. 

Il y a beaucoup de vent ici mais nous sommes bien descendus en altitude, nous sommes à 3760m. 

Bilan : 17.2km 120m de dénivelé . 

4 eme jour:

On part tranquillement à 8h après la meilleure de nos trois nuits. 

Il ne reste que 2h30 avant d’atteindre la destination finale, cochapampa.

Le chemin est très sableux avec des cailloux donc il faut tout le temps faire attention mais ce n’est quasiment que de la descente donc ça se fait très bien. Le paysage est fait de rivière et cascade en longeant la vallée.

Fin du trek .

2

 goûts / 0 Commentaires
Partager cet article:

Archives

> <
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec